Le bonheur, c’est contagieux, on le savait. Pour preuve, cet excellent court-métrage sur la nouvelle pandémie à « redouter » : l’épidémie du bonheur. Il faut dire qu’à défaut de décimer la population, elle pourrait décimer tout un système !

A regarder et à partager sans modération ! Car, le bonheur, ça ne se garde pas pour soi, il se nourrit de nos interactions !

Allez, une petite récap sur le bonheur :

Quand le bonheur se propage...

Si vous aimez lire, vous trouverez matière ici. C’est gratuit. Ben oui, le bonheur ne se vend pas, il se donne.

Et puisque ça se partage, le bonheur (comme une épidémie !), suivons l’enseignement de nos enfants, ils nous montrent le chemin, comme l’explique cet article. Quelques morceaux choisis :

« 1. Ils suivent leurs instincts. Les jeunes enfants ne passent pas beaucoup de temps à se demander s'ils ont pris, ou pas, la bonne décision. Ils préfèrent passer du temps à vérifier si vous leur avez donné la bonne couleur de tasse pour le déjeuner.

2. Ils vivent dans l'instant présent. Ils ne s'attardent pas sur le passé. Ils ne s'inquiètent pas du futur - à moins qu'on leur dise que c'est bientôt l'heure de se coucher.

3. Ils croient. Les jeunes enfants croient à la Petite Souris, au Père Noël, et au pouvoir des pansements. Ne serait-ce que parce qu'ils ne pensent pas à leur bobo quand ils sont occupés à essayer d'enlever l'adhésif. Quand plus rien ne marche, mettez-leur un pansement. »

Pour ne pas regretter, comme la plupart des gens, d’avoir laissé filer le bonheur... Le bonheur, le « bonne heure », c’est maintenant. Arrêtons de vouloir l’attraper, alors que c’est lui qui nous attend.

Pour finir sur une note humoristique, Lilou nous parle du bonheur :

Alors, prêt à vous réserver une belle tranche de bonheur ? Youpi, aidez-nous à propager l’épidémie !

La Bulle de Bonheur, c'est à Grenoble, à proximité de St Martin d'Hères, La Tronche, Corenc, Meylan, Gières, Seyssin, Seyssinet, Fontaine, Saint-Égrève, Fontanil, Échirolles, Claix. Plan d'accès.

Retour